François Pietri
Directeur de " La Corse Touristique ", François Pietri, a écrit de très nombreux éditoriaux. Le tourisme, l'accueil, la valorisation de l'intérieur de l'île, l'image de la Corse et des Corses, sont de ses sujets qui restent particulièrement d'actualité...

<< L'avenir de la Corse est dans le tourisme : il n'est pas uniquement mais il est surtout dans le tourisme. La plus belle île de la Méditerranée devrait attirer chaque année, des milliers et des milliers de visiteurs. Mais pour cela il faut une organisation sérieuse, méthodique, analogue à celle qui a permis de transformer en quelques années, des plages désertes et des sites désolés en véritables stations à la mode. Chacun reconnaît que notre île est une merveille ; mais il faudrait la faire valoir et cela soulève tant de problèmes délicats...{…} !

{…} Nous voudrions attirer l'attention du voyageur sur notre pays, l'intéresser à nous, et lui montrer que nous nous intéressons à lui, non pas seulement comme un commerçant s'intéresse au client que le hasard lui amène, mais comme un ami s'intéresse à l'hôte que Dieu et la publicité lui envoient. Et il nous plaira assez de prouver à ces visiteurs, qu'ils nous viennent de France continentale ou d'ailleurs, que nous avons une histoire, une âme, une culture et une morale et que sous la splendeur de notre ciel, dans le chaos sauvage de nos montagnes, parmi les défilés abrupts ou sur les pics escarpés, vit une race intelligente, énergique et rude, une race dont le passé est légendaire par sa gloire et par sa misère, et qui a étonné le monde. Tout homme curieux de l'humanité et qui ne se contente point de la parcourir avec un guide et un kodak, ne peut que nous aimer davantage en nous connaissant mieux.

Des hôtels, il en faut pour tous les goûts, pour toutes les bourses : mais qu'il s'agisse d'un palace ou d'un gîte de passage, nous devons pouvoir offrir au touriste une chambre propre et confortable, une nourriture saine, abondante et bien préparée, tout cela à des prix convenables. riche ou pauvre, le touriste veut en avoir pour son argent.

Qui peut songer à lui donner tort ?

Le retour de l'été nous a valu l'exode traditionnel des citadins vers les villages de montagne. Il y aurait là pour nos campagnards une source de richesses : malheureusement ils ne savent pas l'exploiter. Les hôtels de nos villages sont insuffisants, d'ailleurs leur prix si raisonnables soient-ils, ne sauraient convenir à l'estivant qui, généralement, se déplace avec sa famille. {…}

La nature a comblé la Corse de ses dons. À nous d'en tirer profit. >>


François Pietri - Directeur & Éditorialiste de "La Corse Touristique", de décembre 1924 à octobre 1934.