<< Tout le pays est couvert de montagnes et les chemins montent et descendent continuellement, de sorte qu'on est enfoui dans des gorges et des makis (!) ; tout à coup, le paysage change comme un tableau à vue et un autre horizon apparaît >>.

Gustave Flaubert

Pour Gabriel-Xavier CULIOLI :

<< La Corse est comme une châtaigne. L'aventure commence lorsqu'on se baisse pour la prendre.

Elle pique et se refuse.
On ouvre précautionneusement la bogue armée d'épines: le fruit apparaît, lisse, brillant, ferme.
Mais la châtaigne ne peut être consommée en l'état.
Il faut la faire sécher, fendre la peau sans entamer la chair, la cuire enfin, juste assez pour qu'elle soit digeste, point trop pour qu'elle reste tendre.

C'est dire si goûter la châtaigne requiert de la patience. >>


Edito Blu  

On prête aux îles des états d'âme ou des caractères humains, elles sont : belles, inconnues, sauvages, exubérantes, nues, désertes, mystérieuses, solitaires, paisibles, étouffantes, secrètes, inaccessibles, envoûtantes, maudites, fortunées, voire même heureuses ou bénies...

La Corse est tout cela à la fois : C'est l'île des îles !

Celui qui pose un jour le pied sur la terre de Corse s'en éprend pour la vie... Tout ici évoque la nature inviolée du premier jour du monde : montagne âpre, hautes forêts, côtes sauvages, maquis enivrant...

Mais il ne faut pas tenir la Corse pour un simple décor de rêves balnéaires, une carte postale pour clichés littéraires. Loin d'être une terre morte, il s'agit au contraire d'une terre de feu, de rochers de chair et de lumières de sang, agitée par tous les soubresauts d'une histoire méditerranéenne aussi belle que violente...

La Corse, c'est tout autant le golfe de Porto ou les falaises de Bonifacio que les statues-menhirs de Filitosa, les chapelles romanes perdues dans la haute montagne, ou les palazzi privés du Cap Corse ; La pierre rose ou dorée, les couleurs éclatantes, qui vont du rouge au mauve et du vert au bleu, ou ce brusque sentiment d'écrasement et de solitude qui vous étreint.

L'île homérique est aussi un fabuleux conservatoire de beautés disparues, depuis les primitifs italiens du musée Fesch jusqu'à ces polyphonies vocales immémoriales arrachées à l'oubli.

Un paysage sans visage ?... Voyons ! La Corse n'est pas sans Corses !

La Corse est un pays de valeurs et de traditions, mais également une île qui pense, qui prie, qui chante et qui vit au présent.

Les Corses sont des gens rudes au caractère bien trempé, mais oubliez tout ! Tout ce que vous pensez connaître des Corses.

Tirez un trait sur les images d'Epinal et les poncifs que véhicule cette île, sur les supposés états d'âme permanents de ses habitants. Prenez simplement la Corse telle qu'elle vous vient, telle que vous voulez la vivre.

Laissez-vous tout naturellement porter par les images et les rencontres que vous ferez, gardez un regard simple et spontané sur les gens et partagez avec moi, l'idée que la Corse est sans doute et tout simplement :

"a più bella isula di u mondu" ou pour le moins, l'une des plus belles îles du monde.

Vous qui avez choisi de venir sur ce site respirer l'odeur du maquis...

Si vous êtes encore là à me lire, c'est qu'avec moi vous pensez peut-être que la "toile" n'est pas qu'un "brouillon de Culture", un "digest" permanent, un "fast food culturel" à consommer sur le pouce, mais bien au contraire, un outil fabuleux, qui depuis le bout du monde ou le bout de la rue, vous permet quand vous le décidez, de découvrir... mon Île : du bout des doigts, du bout des yeux, peut-être même du bout du cœur mais s'il vous plaît, pas du bout des lèvres...

Prenez votre temps, restons ensemble un moment, le pays est vrai, beau, et attachant, comme les gens...

Bonne balade et revenez souvent.

 

 -- ------------------------------------------------Pelagaru* di Blu di Mare

 

*(Pelagaru est le nom corse du plus petit poisson de la méditerranée : le joël)


  [Retour à la Page d'Accueil Blu di Mare]